Programme

BOZAR Bruxelles, 21/9

 

La Salle M

}

19:30 – 21:00

Meet the writer: Amitav Ghosh

Amitav Ghosh est un écrivain indien connu pour ses romans à succès, mais ses œuvres non fictives en font également une figure importante des mouvements de lutte contre le changement climatique dans la société contemporaine. Dans The Great Derangement: Climate Change and the Unthinkable (2016), il examine l’impact du changement climatique sur tous les aspects de notre existence. Ghosh nous invite à agir de manière responsable afin de corriger pour les générations à venir les  effets du réchauffement de la planète. Dans The Nutmeg’s Curse: Parables for a Planet in Crisis (2021), l’auteur déclare que le changement climatique en cours est dû à l’ordre géopolitique imposé par le colonialisme occidental.

Amitav Ghosh s’est vu décerner plusieurs prix littéraires et quatre doctorats honorifiques. Son œuvre a été traduite dans plus de trente langues et ses prises de position ont été publiées dans The New Yorker, The New Republic et The New York Times. En 2019, Foreign Policy Magazine l’a désigné comme l’un des penseurs les plus influents de la dernière décennie.

Interview: Gie Goris.

BUDA Courtrai, 1-2/10

Broelkaai 6 & Budascoop

 

}

1/10, 20:15 - 22:00

Budascoop

Roman Krznaric

Que pouvons-nous apprendre de 3 000 ans d’histoire humaine pour faire face aux urgences du XXIe siècle, qu’il s’agisse du changement climatique, de la pénurie d’eau ou de la menace que représentent l’IA ou la biologie synthétique? Et comment écrire maintenant un avenir qui soit à la fois partagé et à plusieurs voix?
 

Roman Krznaric est historien de la culture et philosophe public. Britannico-australien, il a cofondé la School of Life à Londres, où il donne des cours. Auparavant, M. Krznaric a enseigné dans plusieurs universités britanniques réputées, a été jardinier et a travaillé en Amérique centrale dans le domaine des droits de l’homme. Il est également le fondateur du premier musée de l’empathie au monde et l’auteur de The Good Ancestor, qui traite de l’avenir que nous voulons laisser derrière nous.

Lire plus

Frank Keizer (né en 1987) est poète et essayiste. Il est l’auteur de deux recueils de poésie très bien accueillis, Onder Normale Omstandigheden (2016, nomination Poetry Debut Prize by the Sea) et Lief Slecht Ding (2019). Il est rédacteur au magazine littéraire flamand nY, cofondateur du magazine en ligne Samplekanon et co-animateur du podcast critique littéraire Links Richten. Il a été l’invité de nombreux festivals en Belgique et à l’étranger. De introductie van het plot est son nouveau recueil. Comment arrêter la prédation du capitalisme sur nos corps et sur la terre? Et que pouvons-nous apprendre les uns des autres pour mieux prendre soin de notre monde commun? Frank Keizer emmène le lecteur dans un voyage plein d’aventures à travers l’histoire qui nous fait regarder le passé d’un oeil nouveau et veut nous préparer à un avenir différent : un avenir basé non pas sur la conquête et l’épuisement de la terre, mais sur la paix et la régénération.

Une conversation – animée par Dirk Vandenberghe, journaliste et créateur de podcasts pour Trends, NRC, De Lage Landen et De Standaard, entre autres, et créateur du magazine SIEN.

}

2/10, 14:00 - 16:30

Broelkaai 6

Les histoires multiples fonctionnent!

À quoi ressemble l’avenir du travail? Et sera-t-elle différente de la façon dont nous travaillons actuellement? Quelles visions nous aident à répondre à cette question? Les chercheurs, les écrivains et les artistes peuvent-ils aiguiser notre imagination et suggérer de nouvelles façons de travailler ensemble?

Lire plus...

Nada Gambier présente des histoires sur le travail de nuit qu’elle a recueillies au cours de trois promenades dans des lieux de la région de Courtrai où des personnes travaillent la nuit, du service des urgences aux magasins de nuit et aux grandes entreprises.

Futurologie de la Collaboration ― Diederik Peeters et Anna Czapski: un collectif d’artistes et de chercheurs qui piratent, remixent et prototypent de nouvelles méthodes de futurologie open source sur l’avenir (collaboratif).

•Tash AwVreemdelingen op de kade (Étrangers sur un quai) dresse un portrait intéressant de l’Asie moderne sur la base de l’histoire de la migration de sa propre famille. Aw raconte la douleur des vagues de migration et le grand silence qui les accompagne dans les familles asiatiques. Son histoire nous mène d’immigrés sans espoir à des dirigeants prospères de villages éloignés et à des boîtes de nuit dans des mégapoles. Cette histoire illustre comment tout ce qui pourrait indiquer un échec est inavouable, et combien la tristesse du passé se transmet désespérément de génération en génération. Il s’agit du troisième roman d’Aw ; ses deux romans précédents ont deux été nominés pour le prestigieux prix Man Booker.

Herman Loos: Pendant un an, le sociologue Herman Loos a travaillé comme coursier Deliveroo, organisant une partie de son temps au rythme de la sonnerie de son smartphone annonçant une nouvelle livraison. Qu’est-ce que cela signifie d’être indépendant sans autonomie ? Que signifient deux heures de vélo, sept commandes et trente kilomètres avec une sauce indienne rougeoyante sur le dos ?

Discussion sur sofa L’affection du travail : La vie est plus que le travail, et pourtant nous passons une grande partie de notre vie au travail. Dans cette conversation, nous examinons comment nous pouvons développer un maximum d’affection, de bonheur, d’enthousiasme et d’égalité lorsque nous sommes au travail. Avec Greet Driessens et Herman Loos, entre autres.

Atelier : Philippine Hoegen, Julie Reist et Miriam Hempel ― à partir de What is work (35 interviews avec différentes voix, avec différents “jobs”, différents statuts administratifs et différentes possibilités ― sur le « travail » et ce que nous en attendons), se crée un “grand graphique sur le travail” sur place.

}

2/10, 16:30 - 18:00

Broelkaai 6

Il est temps de parler… (du travail?)

Une bibliothèque vivante en collaboration avec Refu Interim, Antigone & Unie Der Zorgelozen. Empruntez une personne qui se rend disponible pour une conversation en tête-à-tête. Des histoires de nouveaux arrivants pour les chefs d’entreprise, et vice versa, des histoires de « jeunes » Belges pour les « anciens » Belges, et vice versa, des connaissances de et sur ailleurs et avant… sur le travail, l’artisanat – et tout le reste.

}

2/10, 18:00 - ...

Budascoop

Performance finale ― Sébastien Hendrickx: performance Moddertong

Théâtre narratif en flamand, entrecoupé d’autres langues. Il s’apparente au triangle des concepts « mère », « langue » et « terre ». Un conteur s’assoit avec le public autour d’une pile d’objets. La lumière change, certaines choses bouge, des notes de bas de page s’éloignent du texte. Par quels chemins pouvons-nous échapper de la patrie vers la terre-mère ? Devons-nous nous apprendre de nouvelles langues là-bas ? Que devons-nous désapprendre ici ? À quoi pourrait ressembler la vie quotidienne dans un avenir proche ? Moddertong tente de relier les mots et les choses, le public et l’orateur, les gens et le terrain sur lequel ils se trouvent.

AB Bruxelles, 15/10

Marches guidées & workshop

Pour participer à cette marche, inscrivez-vous ici. La participation est incluse dans le billet Ecopolis.

 

}

13:30 - 15:30

Point de départ: AB

Minority walk avec Omar Fassi Fehri (EN)

L’histoire des minorités reste souvent invisible, « oubliée » dans le débat public. La Minority Walk est une promenade de deux heures dans le centre de Bruxelles, qui propose de découvrir comment l’oppression des minorités – au sens de groupes soumis à des relations de domination – se reflète dans l’espace public. Le projet se concentre sur quatre catégories de minorités : les personnes racisées, les femmes, la communauté LGBTQIA+… La marche des minorités met en lumière les différentes formes d’oppression subies par ces personnes. L’objectif est de susciter le débat et la réflexion par une expérience directe, sur le terrain, des relations de domination. C’est aussi une expérience de remise en question de nos privilèges et/ou de nos situations de discrimination. Les participant·es seront des « spect-acteurs » et « spect-actrices », comme le dirait Augusto Boal du Théâtre de l’Opprimé.

}

13:30 - 15:45

Point de départ: L’oreille Tourbillonnante

La Bruxelles des sorcières: marche guidée féministe (EN)

Au XIVe siècle, alors que l’on s’apprête à quitter le « sombre » Moyen Âge, direction les Temps modernes et la Renaissance, les femmes sont, quant à elles, plongées dans l’obscurité – ou plutôt dans les flammes du bûcher. Comment les compétences et savoirs des femmes ont-ils été transformés en actes de sorcellerie ? Comment les conditions de vie des femmes libres ont-elles basculé ? Quelles figures féminines nous révèlent d’autres mondes possibles ? Que nous révèle notre espace public urbain de cette époque… et des sorcières d’aujourd’hui ? Chiara Tomalino de ‘L’architecture qui dégenre’ nous guide.

}

13:30 - 15:30

Point de départ: Eglise Sainte-Catherine

Twee (t)huizen, één gids (marche) (NL)

Nos guides interculturels de Twee (t)huizen, één gids (Deux maisons, un guide) vous feront découvrir Bruxelles d’une manière tout à fait inhabituelle. Ils ne se concentrent pas sur l’histoire mais sur la façon dont ils vivent eux-mêmes la ville. Ils vous feront découvrir des quartiers qui leur tiennent à cœur tout en parlant de leur pays d’origine.

Tatyana a quitté l’Ukraine pour s’installer en Belgique il y a quelque 22 ans et est tout de suite tombée amoureuse de Bruxelles en raison de son histoire riche et omniprésente, de sa culture et de son dynamisme. La promenade commence à l’église Sainte-Catherine et Tatyana vous emmènera le long de l’ancien canal en vous montrant ses endroits préférés. La promenade se termine par une visite du théâtre KVS, pour lequel elle a une préférence personnelle. Un verre au KVS Café Congo sera la conclusion parfaite de votre promenade.

Cette promenade est organisée par la FDMO (Fédération des organisations mondiales et démocratiques).

}

14:00 - 15:30

AB rue des Pierres

Workshop ‘Limits to Growth’ (NL/EN)

Inondations, incendies de forêt, fonte des glaciers, … : nous sommes de plus en plus confrontés aux catastrophes naturelles. Les conséquences sont désastreuses et indiscutables : nous sommes en train de dépasser les limites de notre planète. Pour que notre planète reste vivable, il est urgent de repenser notre mode de vie. Dans cet atelier, nous découvrons des voix inspirantes d’Amérique latine (en accord avec la philosophie du « Buen Vivir ») qui montrent qu’un autre mode de vie est possible. Une vie dans laquelle le « bien-être » est central au lieu de la « croissance ». Au cours de l’atelier, nous chercherons ensemble des moyens de vivre avec moins de ressources non renouvelables, dans le but de porter un regard critique sur notre société de consommation et d’envisager activement des modèles de vie alternatifs. Nous nous pencherons aussi sur les mouvements ‘le Droit de dire Non’ et ‘le Droit à la Réparation’.
En collaboration avec Catapa et Right to Repair Europe qui célèbre la Journée Internationale de la Réparation le 15 octobre.

Tables rondes et performance

 

}

16:00 - 18:00

La colonisation en tant qu’exploitation des personnes et de la nature

La colonisation englobe plus qu’un système de domination sur un groupe de population et un territoire. La « colonialité » en tant que cadre de pensée place un système de pensée comme exclusif : l’homme occidental comme maître de la nature et des autres populations, effaçant d’autres manières d’être et de connexion avec le monde « plus qu’humain ». Ce que l’on appelle aujourd’hui « développement » est souvent la continuation du processus colonial d’appropriation et de suppression des terres, de la nature et des personnes.

Dans ce panel, des auteurs, autrices et artistes de différents horizons discutent de la signification de ce phénomène, des nombreuses histoires qui ont (sur)vécu malgré la colonisation et offrent des alternatives, et de ce que signifie le mouvement inverse de la « décolonisation ».

Avec: Dalilla Hermans, Bayo Akomolafe, Jumana Emil Abboud, Mihnea Tănăsescu et Olave Nduwanje (moderatrice)

}

18:00 - 20:00

Des métiers différents, une seule planète. Histoires d’engagement fort

Quelles que soient vos études, quel que soit votre emploi, il existe des possibilités d’engagement fort en faveur d’un monde meilleur. Un architecte ne doit pas seulement construire des maisons, il peut aussi attirer l’attention sur une approche plus féminine de la ville. Un avocat peut prendre la tête de la lutte contre la pollution chimique de notre environnement. Et que dire de l’appel d’un analyste financier à faire sauter les banques ? Ou une femme météo qui fait surtout campagne sur les questions climatiques ?

Avec: Apolline Vranken, Jérémy Désir-Weber, Thomas Goorden et Caroline Van Peteghem (modératrice)

Conclu par une courte conférence d’Eric Corijn, philosophe culturel et spécialiste des sciences sociales, publiciste, professeur émérite d’études urbaines à la Vrije Universiteit Brussel et auteur des livres récemment publiés Gramsci lezen – Van klassenstrijd tot woke et Vlaanderen, ontaak ! A contre-courant de la terre.

}

21:00 - 22:00

TANK TINK / ONE: L’impact environnemental de la guerre

La guerre fait de gigantesques zones inhospitalières des zones interdites. L’impact sur les personnes mais aussi sur la nature et la biodiversité est énorme. À Ecopolis, les auteurs et interprètes de théâtre Enkidu Khaled et Joachim Robbrecht présentent la première de leur pièce sur l’impact environnemental de la guerre. Aux côtés d’artistes, de journalistes et d’activistes venus des quatre coins du monde, ils examinent la relation entre la guerre et les crises environnementales dans une conférence-performance hybride et polyphonique.

Avec: Sara Dziri, Anika Schwarzlose, Ogutu Muraya, Caroline Ngorobi, Chris Keulemans, Brian McKenna.

Lire plus

Ogutu Muraya and Caroline Ngorobi, two storytellers, performers and writers from Kenya, juxtaposition two wars – the story of the independence fighters smoked out of the Aberdare Forest in the 1950s, and an on-going war in Boni Forest, that the government is now burning in search of today’s terrorists.

Chris Keulemans, the writer with whom Enkidu previously created the performance Baghdad, shows us the sandstorms that increasingly sweep across Iraq, red cloud fields full of deadly, unbreakable depleted uranium, a legacy of the Americans.

The hypnotic images and music of Anika Schwarzlose and Brian D. McKenna take us to where war infrastructure left behind has fused with the earth.

Sara Dziri, DJ and sound designer from Brussels, gives playful, ominous sounds to everything we see.

BIllets

Contactez nous

11 + 12 =