Programme Kaaitheater

Salle de Théâtre

Afin de programmer une diversité de styles, l’année dernière, Yousra Benfquih a introduit la poésie slam entre chaque conférence. C’est pourquoi nous programmons à nouveau de la poésie cette année, en collaboration avec les poètes du climat. L’initiatrice Moya De Feyter et sa collègue poétesse Amina Belörf proposent ensemble des intermèdes poétiques dans le hall principal et une salle de poésie dans le Forum (voir ci-dessous).

 

}

11:00 – 12:30

Une économie qui prend soin des gens et de la planète

La crise de Corona met encore plus clairement en évidence la réalité existante : les avantages et les charges de notre économie sont inégalement répartis. Nous ne prenons pas soin de tout le monde ni de notre planète vivante. À quoi ressemble une économie qui s’efforce d’offrir une bonne vie à tous les habitants de la planète, dans les limites de celle-ci ? Un panel de discussion sur l’économie dont nous avons besoin: Jason Hickel, Sien Volders et Koen Schoors.

Plus d'info

  • Jason Hickel, est anthropologue économique à Goldsmiths, Université de Londres. Son dernier livre Less is More est une remarquable synthèse des perspectives de l’écologie et de la décolonisation;
  • Sien Volders, écrivain prometteur doté d’une analyse sociale claire, décrit dans son roman Oogst (Moisson) la vie des travailleurs migrants exploités dans l’Europe d’aujourd’hui;
  • Koen Schoors est un économiste belge et professeur à l’Université de Gand.
}

12:30 - 13:45

Le soin dans les arts: comment une pratique choréographique peut aussi devenir une pratique de soin

Jija Sohn, Lucy Wilke et Julia Reist, toutes trois membres de l’équipe autour du projet Lands of Concert, présentent et démontrent leur méthode de travail basée sur le principe CARE, qui met l’accent sur la reconnaissance radicale de la diversité et l’acceptation. Ils partent de leurs différents corps qui ont tous besoin de quelque chose de différent. En utilisant le mouvement, la musique et les mots, ils ont développé un protocole pour un jeu de donner et recevoir des soins. Une invitation à découvrir de nouvelles façons de penser à l’intégrité corporelle, aux limites et aux possibilités.

 

}

13:45 – 15:15

La maison de soins du futur

La crise de Corona soulève la question suivante : nos soins sont-ils bien organisés ? Est-ce que tout le monde y a accès ? Qu’en est-il de la relation entre les soins de première ligne et la prévention par rapport à la haute technologie curative ? Qui veut vieillir dans un grand centre de soins résidentiels ? Et si nous établissions un lien entre la santé des gens et celle de la planète ? Et une discussion plus que d’actualité avec Anne Berquin, Fed Ingram (online), Mieke Vogels et Luc Van Gorp.

Plus d'info

  • Anne Berquin, professeur aux Cliniques universitaires de l’UCL, adopte une approche holistique des soins. Elle plaide pour une société décloisonnée, sans pollution, qui comptera moins de malades;
  • Fed Ingram (online), associé à l’AFT : American Federation of Teachers and Nurses. Il parlera de COVID et du rôle des travailleurs de première ligne, du lien avec la politique climatique et de la raison pour laquelle les emplois dans le secteur des soins sont aussi des emplois verts – dans le contexte des projets de la nouvelle administration Biden aux États-Unis.
  • Mieke Vogels, ancienne ministre flamande du bien-être, auteur entre autres de Het welzijnsbeleid in Vlaanderen (La politique du bien-être en Flandre) et partisane des soins à petite échelle dans les quartiers.
  • Luc Van Gorp président de CM, et auteur de Een pleidooi voor imperfectie
 
}

15:15 – 15:30

Essai de Carolina Maciel de França

Carolina Maciel de França, autrice, dramaturge et créatrice de théâtre, a écrit un essai sur les soins, commandé par Passa Porta pour Ecopolis.

}

15:30 – 17:00

La poursuite de l’idylle. Néo-colonialisme déguisé en charité

Que pouvons-nous apprendre sur les concepts de soin de la terre et du monde naturel de la part de celles et ceux qui sont non seulement aujourd’hui les plus touché・es par le changement climatique, mais qui ont aussi été historiquement confronté・es aux concepts coloniaux occidentaux de droits de propriété et d’exploitation ?

Avec: Olave Nduwanje, John Mussington, Gaea Schoeters et Line Algoed.

Plus d'info

Olave Nduwanje (écrivain, avocat et activiste, auteur de ZWART. Afro-Europese literatuur uit de Lage Landen, et The Good Immigrant (2020) interviewe

  • John Mussington – community leader, enseignant et activiste climatique de l’île de Barbuda dans les Caraibes où, après le passage dévastateur de l’ouragan Irma, les promoteurs immobiliers et les stars comme Robert De Niro, qui rêvent d’un complexe privé, font tout pour privatiser les droits de propriété de la population locale. John raconte la lutte de cette petite communauté insulaire pour protéger ses ressources collectives contre le capitalisme de la catastrophe. 

Puis la conversation s’élargit avec l’apport de :

  • Gaea Schoeters. Dans son roman Trofee, qui raconte l’histoire d’un occidental qui part à la chasse en Afrique, elle pose des questions éthiques pénétrantes sur le post-colonialisme;
  • Line Algoed, anthropologue urbaine à Cosmopolis (VUB), étudie les formes collectives de propriété foncière en Amérique latine et dans les Caraïbes.
}

17:00 – 18:00

Débat final: vers une société solidaire

Comment pouvons-nous voir le lien entre les différentes formes d’exclusion et d’exploitation ? Et inversement, comment une éthique du care, telle que développée notamment par les écoféministes, peut-elle conduire à une attitude de restauration et de protection du monde ?

Avec: Benedikte Zitouni, Kopano Maroga, Carolina Maciel de França, Els Hertogen et Lidia Paz.

Plus d'info

  • Benedikte Zitouni enseigne en tant que sociologue à l’Université Saint-Louis à Bruxelles. Elle est experte en écoféminisme et a écrit un livre sur l’avenir de l’agriculture urbaine à Bruxelles;
  • Kopano Maroga, dramaturge et programmateur au Kunstencentrum Voo?uit et auteur de la publication Je ne sais pas si nous sommes en train de gagner ;
  • Carolina Maciel de França, a écrit sa première nouvelle pour l’anthologie Afrolit et est dramaturge dans le domaine des arts du spectacle. Elle travaille actuellement à son premier projet solo en tant que créatrice de théâtre
  • Els Hertogen, directrice 11.1.11 et éditrice de From charity to justice. 11 voix sur l’avenir de la solidarité internationale
  • Lidia Paz (online), liée à l’ONG bolivienne Cenda, qui lutte notamment pour la préservation de l’énorme diversité des semences appartenant aux communautés locales d’agriculteurs.

Forum

}

12:30 – 13:45

Les travailleur・euses de la santé et la crise climatique

Aujourd’hui, le personnel de santé est déjà confronté aux conséquences du changement climatique : chaleurs extrêmes, victimes des tempêtes, mais aussi nouvelles maladies et, à long terme, perturbations sociales. Le besoin de soins plus nombreux et différents dans des conditions de travail souvent difficiles va augmenter. Le secteur des soins doit s’y préparer. Dans un contexte de charges de travail élevées, de pénurie de personnel et de bâtiments vétustes, ce n’est pas facile. Néanmoins, les employé・es et les syndicats font déjà une différence positive dans de nombreux secteurs des soins de santé en matière d’adaptation au climat.

Les membres du panel seront annoncé・es prochainement.

 

}

14:00 - 15:30

Salon de la poésie: les poétesses du climat

Avec Moya De Feyter et Amina Belorf entre autres.

}

15:30 – 17:00

Le Forum du livre

Jan Mertens s’entretient avec des auteurs et autrices de livres écologiques inspirants::

Living: les Tables de Slowdown

}

13:45

Curatrice Philsan Osman

Philsan Osman étudie les langues et cultures africaines à l’université de Gand. Originaire de Somalie, Elle est une écrivaine en herbe, activiste et bâtisseuse de communauté.

 

}

15:30

L’inégalité dans le travail des soins: un combat quotidien

Rentrer du travail épuisé, penser à une recette saine à préparer, se précipiter au magasin, faire la lessive, couper les légumes et aider les enfants à faire leurs devoirs pendant que la casserole cuit. Les “soins” sont un fait tangible et quotidien. Quelle place occupent-ils dans nos vies de plus en plus chargées ? Pourquoi, en pratique, 42 % des femmes belges travaillent-elles à temps partiel pour assumer les tâches – souvent invisibles et ingrates – de soins ? Comment les hommes peuvent-ils revendiquer leur rôle de soignant ?

Plus d'info

 

À cette table, nous échangeons nos expériences personnelles en matière de soins et exposons les schémas enracinés, les relations inégales et les attentes sociales. Nous réfléchissons à un autre modèle de société équilibré et égalitaire entre les sexes.

Introduction par Sarah De Coster, experte en genre et diversité au Femma World Women.

 

}

18:00

Le Travail qui (Re)Relie: experimentation de cercles de deuil collectifs

Nombreux sont ceux qui éprouvent de la peine et de l’anxiété en raison de la crise climatique, de la perte de biodiversité, de la rupture des liens avec l’environnement naturel, etc. – des sentiments qui ont pu devenir encore plus aigus après une journée intense à Ecopolis. C’est pourquoi l’organisatrice Irma Emmery et l’animatrice Lut De Naeyer souhaitent clôturer l’événement par une table lente où ces émotions de deuil peuvent être reconnues, mais aussi collectivisées : après tout, il est important de sortir le deuil de la sphère privée et d’en faire une expérience partagée qui peut servir de terreau fertile à un regain d’espoir, à la connexion avec les autres et à la prise de décision.

Plus d'info

Le modèle suivi pour faciliter ce cercle de deuil et de guérison est “The Work That Reconnects” de Joanna Macy, qui repose sur quatre étapes : 1) la gratitude, 2) la reconnaissance du deuil, 3) le regard neuf sur le deuil, 3) la (re)découverte de l’action. Le cercle suivra certains protocoles (une sorte d'”étiquette”) qui seront expliqués au début de la session. Le respect, l’écoute active et l’empathie sont au cœur de cette table lente.

Nous avons choisi de garder le groupe restreint afin d’accueillir l’intimité nécessaire. Par conséquent, le nombre d’inscriptions est limité à 18 personnes, la priorité étant donnée aux premières inscriptions. Nous partons du principe que les personnes qui s’inscrivent seront effectivement présentes. Si, toutefois, certains participants annulent à l’avance, les autres auront quand même la possibilité de participer. Nous accueillons aussi bien les personnes qui ont déjà une expérience des cercles (de toutes sortes) que celles qui n’y sont pas (encore) familiarisées. Il est important d’avoir l’esprit ouvert. Nous espérons vous y voir. 

Bestel tickets

Contacteer ons

3 + 4 =