Sluit

Programme 2017


  • 11:00

    Doughnut Economics

    Donut Economics est le livre économique de l’année. L’auteur britannique Kate Raworth y démontre les points faibles de la vision traditionnelle de l’économie. Elle du constat que les modèles économiques dominants appartiennent au passé, puisqu’ils Ils ont maintenu l’extrême pauvreté alors que la biodiversité se dégrade à une échelle telle que cela menace notre futur à tous. Raworth développe une feuille de route via son modèle «donut: Dans ce modèle, l’anneau extérieur du beignet est le plafond de la planète, les limites que nous ne pouvons pas dépasser pour que la Terre reste un endroit habitable. La bague intérieure représente les fondements sociaux où nous ne pouvons pas dépasser sans quoi les droits fondamentaux de certaines personnes seront compromis. Le futur se situe entre ces deux anneaux, la zone de sauvegarde et de justice, pour nous développer nous-mêmes mais aussi l’humanité.

    Le débat sera introduit par Bogdan Vanden Berghe, directeur de 11.11.11

  • 12:30

    Coopération digitale: coopératisme de platforme

    Et si nous utilisions les formes connues de coopération pour créer des plates-formes numériques comme alternative à tous les Airbnb du monde? Cette réponse, c’est le « coopératisme de plate-forme ». Josef Davies-Coates, organisateur de la première grande conférence européenne sur ce sujet, abordera ce sujet avec Aleksandra Przegalinska,  un chercheur universitaire renommé  à le Massachusetts University of Technology (MIT) à Bosten. Ses recherches récentes focus sur l’impact d’introduction des systèmes d’intelligence artificielle à l’atmosphère sociale et professionnelle des gens. Et last but not least  et Joachim Jacob, CEO de Partago (un sous-système de voiture électrique), participer au débat.

     

  • 14:00

    Petit moi versus Big Data

    Nous étalons notre vie sur les médias numériques pour montrer à quel point nous sommes cools et uniques. Cela permet aux grandes entreprises de collecter une quantité considérable de données importantes et de les vendre. D’un autre côté, les citoyens s’organisent également pour plus de transparence dans notre démocratie. Selon le militant européen des droits de l’homme Cyborg et concepteur de logiciels, Aral Balkan, Facebook ne connecte pas les personnes entre elles : Facebook connecte les personnes à… Facebook. Ce dont nous avons dès lors besoin, c’est des nouveaux infrastructures qui permettent de récupérer la souveraineté individuelle. Les infrastructures qui nous construire doit être financé par le commens, appartiennent aux commens, et être libre et ouvert. Ils doit être zero-knowledge  et interopérable, comme ça il peut être géré sans surveillance ou un lock-in. La philosophe Alicja Gescinska répondra également à la façon dont cela peut contribuer à renforcer notre liberté. Une vision critique sera également présente dans ce débat via le journaliste Wouter van Noort. Dans son livre « Hoe de smartphone ons leven beheerst » («Comment le téléphone intelligent contrôle nos vies»), il dénonce le « Dataïsme », cette une nouvelle idéologie où l’autorité passe des gens à la technologie (aux mains des gouvernements et des entreprises). Et aussi, comment regarde Hans Bogaert le numérique?

  • 15:30

    Tools for democracy

    Le monde numérique crée de nouvelles possibilités pour raconter des histoires mais aussi pour s’engager. L’activisme numérique est par exemple une réalité quotidienne pour Gustavo Illescas (Independent Media Center), qui au Guatemala, grace au numérique, lutte pour la démocratie. Pareil pour l’israélien Sarit Michaeli (B’Tselem), qui informe les manifestants en Cisjordanie. En Belgique, c’est principalement l’activisme de Jeroen Olyslaegers sur Facebook qui attire beaucoup l’attention. Faut-il croire en la force de connexion des conversations sur cette plate-forme numérique Ecrivain Gaea Schoeters savait combien féroce ça peut été en pays du Facebook.

  • 17:00

    Débats publics et médias à l’ère digitale

    Les médias sociaux ont rapidement changé le débat public. Aujourd’hui, le journal principal que lisent la majorité des jeunes, c’est Facebook. Lorsque la démocratie se maintient ou tombe selon un puissant débat public et un quatrième pouvoir fort, cela signifie aussi que les espaces publics numériques sont cruciaux pour l’avenir. Comment Hanan Challouki (co-fondateur de la plate-forme médiatique en ligne Mvslim.com) et Karel Verhoeven (rédacteur en chef de De Standaard) perçoivent-ils cela? Internet offre-t-il également de l’espace pour de nouvelles formes de journalisme? Nous demandons à Ana Naomi de Sousa, cinéaste et journaliste qui coopère avec Forensic Architecture (Goldsmiths University of London)  et Muhammad Rabbani (director) (CAGE, une organisation de défense indépendante travaillant pour Responsabiliser les communautés victimes de « la guerre contre la terreur »).

This year you can take part in some Artistic interventions at Ecopolis.

Benjamin Vandewalle will take you on a virtual trip trough the city with his project ‘walking the line’. Do you want to know how he will take you to a city at the other side of the world? Have a look here.

 

Have you ever wondered how you can make your own instruction video on YouTube? Can you make something nice and would you like to share it with others? Then you should definitely come to the ‘Dumpling bus ‘ of Cateringa & Kompanen.

HeadSwap-technology

CREW also will be attending Ecopolis. They will present a project where they use a ‘HeadSwap-technology’ where people live on a intimate manner get in contact with each other. At the same time, 2 people will get some camera’s and sensors and other extensions. Are you ready to share your body ‘literally’ with another person?

  • Docu – In the Same Boat

    « In the Same Boat » is about this boat, a metaphor for our civilization, faced with a unique opportunity; technological advances could be the key in bringing about a more just and better world, but if we do not learn to manage them and reorient the boat by its rudder, the future looks menacing.

    Different great speakers, like Zygmund Bauman, Tony Atkinson en José Mujica, will talk about the influence that technological developments have or can have on topics like labour, the economic model we are using, climate change, edgrowth, basic income and much more. Not only the ideas the speakers will bring are inspiring but also the music and photographic used in this video are very inspiring. You can have already a first look at the trailer on YouTube.

  • The ecological future debat

    Three authors of books with a strong vision will debate about an ecological future.

    Tine Hens brings in her book ‘Het klein verzet’ (‘The small resistance’) the image of stories of people out different European countries who are not following the dominant economic growth model. She looks at stories of people who transformed from ‘buying stuff’ into ‘trading, sharing and giving’. According to Mathias Bienstman is the transition to a greener, better world for many people an evidence. Still are there a lot of different forces in our society who are slowing down this process. Or this last convulsions are and of the transformation to a greener world is unstoppable, is he writting about in his book ‘Op eigen kracht’ (‘On our own force’). The third author who will participate in this debate is Nick Meynen, in his book, Frontlijnen’ (‘Front lines’), is he focusing at the consequences of the global economy. He isn’t doing this by using a pessimistic image but by showing that resistance is possible and necessary.

  • Fear the Robot! (Green European Foundation)

    This discussion room will focus on digitalisation and robotics, going beyond the will-robots-steal-our-jobs? type of debate. Aleksandra Przegalinska, Research Fellow at the Centre for Collective Intelligence at Massachusetts Institute of Technology (MIT) in Boston and Aaron Sterniczky, PhD and Consultant in digital transformation of markets and societies, will dialogue with the participants around the concrete impact on our work lives and the ethical and normative questions that increased use of robotics will bring up. That will mean to talk about human feelings of unease or anxiety towards robots and artificial intelligence. This will be a fully participative and interactive workshop where you’re not an audience but participants and where human feelings meet robots!